Femmes au temps des Goths (Georges Labouysse)

I. Aelia Galla Placidia
Reine à Narbonne, Impératrice à Rome

« La fille du roi du Midi s’en viendra auprès du roi du nord » Prophétie de Daniel (11,6)

Depuis la Préhistoire avec les Vénus de Brassempouy dans les Landes et de Lespugue en Comminges, jusqu’à la Révolution avec la figure emblématique de la Montalbanaise Olympe de Gouges qui inquiéta fort les Jacobins centralisateurs, nous connaissons plus ou moins bien ces figures historiques ou mythiques qui peuplent les pays occitans.
Aussi nous entamerons ici une « enquête » sur « l’Occitanie au féminin » à toutes les époques de notre Histoire. Dans la présente brochure, nous parlerons ainsi de quelques femmes célèbres ou moins connues dans le monde gothique des Ve et VIe siècles, à commencer par Galla Placidia.

Otage des Goths

Nous sommes à Rome le 24 août 410. Les Goths d’Alaric 1er et de son beau-frère Athaulf pillent les riches quartiers de la capitale mythique de l’empire, qui était restée inviolée depuis 800 ans.
Il faut dire qu’à la fin du IVe siècle Alaric avait obtenu d’Arcadius, empereur de Constantinople, le gouvernement d’une immense province romaine (actuels pays d’Autriche, Hongrie, Yougoslavie), où il espérait sédentariser son peuple. Mais devant les tracasseries coutumières de l’administration impériale qui les méprise, et surtout après le massacre des Wisigoths de Byzance le 12 juillet 400, il reprend une longue marche vers l’ouest : le 18 novembre 401, la « nation gothique » pénètre dans la partie occidentale de l’empire gouvernée par Honorius.
Celui-ci quitte la Ville éternelle pour Ravenne qu’il juge plus facile à défendre en raison des marécages qui l’entourent. Alaric tente à plusieurs reprises de négocier avec lui, mais Honorius mal conseillé s’entêtera et refusera toute entrevue.

C’est alors qu’en 410 les Goths vont « récupérer » à Rome les trésors que les Romains ont enlevés dans les divers pays conquis par leurs armées au cours des siècles passés, et en particulier ceux que Titus vola en l’an 70 au temple de Jérusalem.
Ainsi Alaric quitte Rome en emmenant non seulement un butin considérable dans ses chariots, mais encore … la jeune sœur d’Honorius comme otage : Aelia Galla Placidia est la fille de l’empereur Théodose 1er et donc la sœur des empereurs Honorius et Arcadius.

Âgée de vingt ans, elle va connaître à partir de ce moment une destinée exceptionnelle tant dans les débuts du futur royaume wisigoth de Toulouse que dans l’empire romain.

Galla Placidia a passé sa jeunesse à la cour de Constantinople. A la mort de son père, elle accompagne en Italie son jeune frère Honorius qui vient d’être désigné pour régner sur la partie occidentale de l’empire, tandis que son frère Arcadius devait régner sur la partie orientale à Constantinople.
Mais Honorius étant mineur, c’est le général Stilicon, fils d’un Vandale et d’une romaine, qui va assurer la régence. Ce général avait épousé Serena, nièce de Théodose et donc cousine de Galla Placidia. Et pour resserrer encore plus ses liens avec la famille impériale, il mariera sa fille Marie à Honorius en 399 et fiancera son fils adolescent Eucher à Galla Placidia, mais le mariage n’aura pas lieu.

En effet, Stilicon sera éliminé avec toute sa famille en 408, suite à un complot fomenté par le clan romain hostile aux barbares, c’est-à-dire à ceux qu’ils considéraient comme des étrangers. La violente réaction anti-barbare qui suivit dans les villes d’Italie va alors pousser les nombreux fédérés de l’empire à rejoindre Alaric.

Reine des Goths

Après la prise de Rome, Alaric se dirige vers le sud de l’Italie et espère gagner les terres fertiles de l’Afrique romaine. Mais il meurt en Campanie à la fin 410. Pour lui succéder, les Goths élisent Athaulf, un beau cavalier fin connaisseur de la civilisation romaine et ancien comte des cavaliers de la maison impériale à Constantinople. Mais pendant ce temps, les provinces occidentales sont secouées par des coups d’état militaires successifs.
Profitant de ces désordres, Athaulf franchit les Alpes avec l’intention d’installer son peuple dans une des plus riches provinces de l’empire. Il fait ainsi de Narbonne sa capitale. Et c’est là que le 1er janvier 414, sous le charme des gloires impériales… et de sa jeune captive, cet ancien officier de la cour byzantine va épouser « à la romaine » Aelia Galla Placidia, dans le cadre majestueux d’une demeure patricienne. On parlera alors de l’accomplissement de la prophétie de Daniel : « La fille du roi du Midi s’en viendra auprès du roi du nord ». La voila donc reine des Wisigoths, et pour elle c’est le début du rôle politique qu’elle jouera avec sa forte personnalité durant trente-six ans jusqu’à sa mort.
Au milieu des bijoux et des pierres précieuses, devant un parterre de dignitaires romains et provinciaux, Athaulf revêtu de la toge aux côtés de son impériale épouse, déclare sa volonté d’une intégration pacifique à la société romaine, son intention de restaurer la puissance et l’éclat de l’empire avec l’appui des forces gothiques.
Mais ce programme politique ambitieux mécontente à la fois les Goths qui l’accusent d’abandonner leur culture au profit de la civilisation romaine, et l’empereur Honorius qui n’accepte pas le mariage de sa sœur avec un Barbare.
De plus, le général romain Constance qui projetait d’épouser Galla Placidia, conseille l’empereur pour briser Athaulf et bloquer les ports de la Narbonnaise pour empêcher l’acheminement du blé d’Afrique. La disette et les épidémies menacent. Athaulf décide alors de quitter cette terre promise qu’il croyait définitive. Il se replie à Barcelone où Galla Placidia met au monde début 415 un fils, qui portera le prénom de son grand-père Théodose, mais qui décèdera quelques mois après.

En septembre de la même année, Athaulf est assassiné par des Goths qui lui reprochent sa politique pro-romaine. Après une période d’incertitude, Wallia est élu nouveau roi des Goths, qui conclut un accord avec le patrice Constance au printemps 416 : Rome procurera aux Wisigoths les céréales pour une année et en échange, ces derniers s’engagent à purger l’Hispanie romaine des hordes barbares –Vandales, Alains et Suèves. De plus, Galla Placidia est rendue à son frère Honorius, qui la donne en mariage à Constance le 1er janvier 417.

La sédentarisation définitive

En août 418, l’Assemblée Générale réunie à Arles, composée de fonctionnaires impériaux et de représentants des provinces, analyse la situation politique, sociale et sécuritaire du diocèse d’Arles, qui est jugée catastrophique.
Il est alors demandé à Honorius de rappeler les Wisigoths qui ont montré leur efficacité dans le rétablissement de la légalité impériale en Ibérie. Le traité de 418 leur permet de s’établir au nord des Pyrénées à l’exclusion de la côte méditerranéenne.
Wallia décédé, c’est au roi Théodoric 1er nouvellement élu par l’assemblée des notables goths, qu’il appartient à présent de conduire un peuple de 100000 âmes vers cette terre si longtemps promise. Finie la vie errante sur les routes incertaines d’Europe, abrité dans des chariots, souvent exposé à la famine ou aux aléas de quelque bataille pour survivre!
Il aura donc fallu vingt ans pour qu’un empereur accepte la sédentarisation des wisigoths dans une province considérée comme l’une des plus riches de l’empire. Dès lors un royaume goth verra le jour avec Toulouse pour capitale. Théodoric 1er , qui en sera le premier souverain, règnera de 418 à 451, le plus long règne de l’Histoire gothique. A son apogée, ce royaume s’étendra de la Loire à Gibraltar.

Impératrice romaine

Mais revenons à Galla Placidia.
En 417 elle épouse Constance dont elle aura deux enfants : Honoria et Valentinien. Après la mort de son époux en 421, Galla Placidia au caractère si dominateur intervient de plus en plus dans la politique de l’empire, à tel point que son frère Honorius finit par la faire exiler avec ses enfants en 423 à Constantinople chez son neveu l’empereur Théodose II.
Honorius meurt quelques mois après à Ravenne, et le sénat proclame empereur Jean, le chef des notaires… Mais au printemps 425, Galla Placidia revient en Italie avec l’appui des armées de son neveu. Le 23 octobre 425 à Rome, elle fait proclamer son jeune fils empereur sous le nom de Valentinien III. Mais c’est elle qui va gouverner l’empire durant la minorité de son fils, même après sa majorité et son mariage en 437 avec sa petite cousine Eudoxie fille de Théodoric II. C’est un cas unique dans l’Antiquité romaine, d’une femme exerçant le pouvoir durant 25 ans !

Galla Placidia gouvernera dans une époque et des conditions très difficiles. Alors que l’étau barbare se resserre dans l’empire, les troupes romaines se font de plus en plus rares, tandis que les rivalités de pouvoir entre généraux n’arrangent pas les choses, notamment entre son ami le comte d’Afrique Boniface, le ministre Félix et l’ambitieux général Aetius, ancien allié de l’usurpateur Jean pour lequel il a recruté des militaires Huns. Galla Placidia se débarrasse pour un temps d’Aetius en le nommant dans le diocèse civil d’Arles.

Pendant ce temps, Félix tente deux expéditions en Afrique contre Boniface. Celui-ci fait alors appel en 429 aux Vandales de Genséric qui s’emparent du Maghreb, ce qui constitue une erreur majeure et contribuera bientôt à la chute de la partie occidentale de l’empire. En effet, en 442 celui-ci sera contraint de signer l’abandon de sa province d’Afrique au profit des Vandales, tandis que la fille de Valentinien III sera promise au fils de Genséric.
Avant cela, en 430 Aetius a fait assassiner son rival Félix, et Galla Placidia rappelle en catastrophe Boniface d’Afrique pour faire barrage à la puissance grandissante d’Aetius. Une bataille oppose les deux hommes près de Remini, dont les partisans de Boniface sortent vainqueurs. Mais celui-ci meurt dans l’affrontement en recommandant à sa femme d’épouser son rival : Aetius, qui a reçu des renforts des Huns d’Attila devient alors l’homme le plus puissant de l’empire.
Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, Aetius et Galla Placidia vont gouverner ensemble l’empire, chacun dans sa « spécialité ». Le général tentera cependant de s’infiltrer dans le clan impérial en fiançant son fils Gaudentius à la seconde fille de Valentinien III, mais il s’occupera surtout des affaires militaires et des conflits dans le prétoire d’Arles.

Fin de règne

Galla Placidia de son côté mettra encore toute son énergie au service de l’empire, et aussi d’un engagement chrétien reconnu. Des auteurs de l’époque évoqueront ses « nuits entières à prier à même le sol dans les larmes ». Elle fera construire plusieurs églises à Ravenne et le fameux mausolée avec ses mosaïques, que l’on peut admirer aujourd’hui encore.
Elle accueillera ici Germain d’Auxerre en 448, venu défendre la cause des Armoricains révoltés contre les exactions des supplétifs d’Aetius : elle le veillera durant sa maladie et prendra en charge le rapatriement de son corps embaumé jusqu’à Auxerre. Sous son règne, l’église catholique de l’énergique Léon 1er trouvera un soutien sans faille auprès du pouvoir politique.
La fin de règne de Galla Placidia sera assombrie par la conduite jugée scandaleuse de sa fille Honoria. En effet, celle-ci était co-impératrice à Ravenne et sa mère comme son frère voudront la maintenir dans la chasteté… pour sauvegarder l’unité du pouvoir. Or Honoria fera scandale en prenant un amant nommé Eugène en 449. Elle est aussitôt exilée à Constantinople, placée sous surveillance, tandis que ce malheureux Eugène est exécuté…
Mais les choses vont se compliquer quand Honoria demandera secrètement l’aide d’Attila au printemps 450 : elle lui envoie par ailleurs sa bague comme gage. Le roi des Huns aurait accepté ce qu’il aurait pris pour une demande en mariage et n’aurait trouvé rien de mieux que de réclamer à Valentinien III le Prétoire d’Arles comme dot… Stupeur et refus « poli » de Galla Placidia et de son fils! Honoria est rapatriée en catastrophe à Rome où on la marie d’office à un simple sénateur peu dangereux pour le trône, Flavius Bassus Herculanus.
Fureur d’Attila qui passe le Rhin au printemps 451 et envahit la Champagne. On connaît la suite : il sera battu au « Campus Mauriacus » par une coalition de divers peuples dirigée conjointement par le général romain Aetius et surtout le roi wisigoth de Toulouse Théodoric 1er, qui sera tué dans la bataille.
Quant à Aelia Galla Placidia, elle meurt avant la bataille contre Attila le 27 novembre 450 et est inhumée à Rome dans le mausolée impérial aux côtés de son père Théodose.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s